« La radio communautaire au Royaume-Unie est-elle prise dans la débâcle ? » par John Grierson

JOHN GRIERSON.JPG

Ci-dessous une analyse des rapports entre les radios locales indépendantes et la radio numérique par John Grierson que nous publions à l’occasion de la Journée mondiale de la radio.

L’avenir de la Radio Numérique Terrestre (DAB en anglais) est un vaste sujet qui interroge de nombreux pays, dont la France. John Grierson, spécialiste de la radio locale indépendante, observe d’un côté que la numérisation est trop avancée (industriellement et économiquement) pour être arrêtée mais de l’autre qu’entre 1995 (date du lancement public en Grande Bretagne) et 2015, seul 40% de la population s’est mis à utiliser la technologie DAB.

En effet, les avantages ne sont pas assez nombreux et le renouvellement des postes de réception est compliqué par exemple. John Grierson alerte sur tout sur le danger que fait DAB pour les petites radios locales (« Community Radio » qui sont les radios les plus proches du modèle de radios locales associatives et commerciales françaises) d’un point de vue économique et opérationnel.

Mais avant de lire son article, nous vous proposons une petite présentation de l’auteur qui a un parcours particulièrement intéressant.

John Grierson peut être décrit comme le père fondateur de la radio indépendante légitime et autorisée en Grande-Bretagne. Il est le premier directeur général de Radio Manx quand elle est apparue sur les ondes en 1964 en tant que projet pilote pour démontrer qu’une station locale 100% commerciale radio pourrait survivre et prospérer en Angleterre. Lui et son équipe ont donné suffisamment confiance au gouvernement Conservateur pour que ce dernier accepte d’installer la radio commerciale sur le continent en 1973 grâce à la construction d’une plate-forme légitime susceptible de répondre à la demande créée par les radios pirates dites « off shore ». Radio Manx atteignait hebdomadairement en moyenne 80% de la population de l’île de Man et n’est jamais tombé bien au-dessous de ce chiffre.

En 1973, John Grierson a été rappelé d’Afrique du Sud, où il travaillait comme rédacteur pigiste et communicateur, pour prendre la tête d’un consortium qui a fait une demande d’autorisation d’émettre auprès de l’autorité audiovisuelle indépendant (Independent Broadcasting Authority) qui devait devenir Radio Capital. Les circonstances qui ont conduit au refus d’autorisation lui ont laissé un goût amer. Il a donc décidé de quitter le monde radiophonique pour un temps pour poursuivre d’autres intérêts dans la commercialisation et la gestion en Angleterre. Il travaille d’abord pour David Frost en tant que directeur de l’une de ses sociétés de capital-risque. Mais dans un second temps, à la fin des années soixante-dix, le monde de la radio lui manquant, il aide de nombreux consortiums candidats pour l’obtention d’autorisations pour de nouvelles radios locales indépendantes. Par ailleurs, il écrit de nombreux articles sur la radio dans Broadcast Magazine entre autres.En 1980, il retourne en Afrique du Sud où il est né et a grandi. Il passe une grande partie des années quatre-vingt à travailler, presque en secret, à élaborer un plan pour l’installation de la radio locale en Afrique du Sud. La jeune mais très dynamique industrie radiophonique indépendante doit beaucoup à ses efforts.Lors de sa carrière radiophonique, John Grierson a été concepteur, scénariste, producteur, présentateur, DJ, distributeur, vendeur, formateur et gestionnaire. Il a conçu et construit des stations de radio et des studios, développé des formats de programmation, construit des Business Model et Business Plan opérationnels d’entreprise et rédigé des applications. Il n’y a rien dans le domaine radiophonique qu’il n’ait pas fait ! Aujourd’hui, il n’a rien perdu de son instinct qui permet de faire en sorte qu’une station de radio locale fonctionne, et sa passion pour les petites radios est intacte. Ajoutons enfin qu’il vient de soutenir une thèse de doctorat sur les radios locales, et qu’à l’âge de 79 ans il est sans doute le résident britannique le plus âgé à terminer une thèse de doctorat (soutenance le 26 janvier 2017 à l’Université de Falmouth). Félicitation à lui et bonne lecture à tous !

L’article en anglais de John Grierson est intitulé « UK Community Radio – caught in the stampede? With the UK ‘dash for digital’, is DAB a potential advantage or a potential burden? ». Il peut être traduit par « La radio communautaire au Royaume-Unie est-elle prise dans la débâcle ? Sur le tableau de bord britannique pour le numérique, la Radio Numérique Terrestre est-elle un avantage potentiel ou un fardeau ? ». Voici son article :

grer-for-sebastien-poulain-6th-jan-2017-v2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s