Recension de « Carbone 14 : Légende et histoire d’une radio pas comme les autres » par Sebastien Poulain

tdm_019_l204-amour-toujours

Voici une recension de l’ouvrage « Carbone 14 : Légende et histoire d’une radio pas comme les autres » de Thierry Lefebvre » par Sebastien Poulain sur Le Temps des médias (n°19, 2012/2).

« La radio des cons, faite pour des cons et par des cons » : Carbone 14 (C14) est, pour beaucoup, emblématique des centaines de radios dites « libres » qui ont déferlé sur la FM au tournant 1970/1980. C14 n’est pourtant pas « libre » au regard de la définition proposée par Thierry Lefebvre dans La Bataille des radios libres 1977-1981 (INA, 2008) : elle n’émet pas contre le monopole. En effet, C14 ne débute que le 14 décembre 1981, à 6 heures, sur 97.3 MHz (très vite sur 97.2), en profitant d’un moment propice à la « ruée vers l’hertz » (Hervé Le Roux) : faible coût d’un « nouveau » média simple et efficace, jeunesse disponible à cause du chômage, liberté sexuelle pré-sida, « désordre » de la FM toléré par la loi dérogatoire du 9 novembre…

Dominique, alias Gérard, Fenu (parfois Pietri) – publicitaire spécialisé dans le prospectus – installe les studios dans les vastes et vétustes locaux de son entreprise situés rue Paul Fort dans le 14e arrondissement (d’où le nom de C14 ; elle déménagera à Bagneux en octobre 1982) et recrute ses animateurs via une annonce singulière dans Libération du 11 septembre : « RADIO DITE LIBRE cherche animateur(trice) pour s’en payer une tranche horaire, prix en fonction de la pub ou pas. D’ici là, délire à gogo et à l’œil. Si tu as des idées originales et pas mal de temps libre, appelle GÉRARD [sic] poste 122 au 541 00 08. » Les heureux sélectionnés – comédiens, journalistes, musiciens, DJ, imitateurs, plus ou moins gauchistes ou anars – ne s’entendront guère avec les journalistes fournis par le député-maire RPR du 14e, Yves Lancien, qui soutient temporairement le projet, espérant créer une radio locale d’information de droite.

Malgré ses efforts financiers, le patron hors-norme de C14 n’obtiendra pas davantage le soutien de son ex-famille politique (il a été proche des socialistes Debarge, Bartolone, Dutriez, Soumah). Ayant traité Mitterrand de « François la Francisque » et de « sauteur de l’Observatoire » et fait partie du comité Riposte (référence à la station où Mitterrand s’est fait radiolibriste en 1979), il subira les refus des commissions Holleaux, Galabert, de l’HACA, de la CNCL et la première saisie socialiste le 17 août 1983 à la « Saint-Barthélémy des radios libres » (Jean Ferré).

Fin tragique de cette « mythologie de poche » (Thomas Baumgartner), C14 devra céder sa fréquence à la radio Fréquence Gaie, en août 1983. Elle sera refondée de manière éphémère au printemps 1986, à Cachan, par Fenu, Supernana, SOS Racisme et des dissidents d’Ici et Maintenant, avec Arthur – alias l’adjudant-chef Vacher – à « l’info ». À la rentrée 1986, elle s’installera en Corse (C14 Ajaccio) dans la boîte de nuit Le Galatée, dont Fenu détient des parts, avant d’être fusionnée avec la radio locale Studio 20 en 1988, et finalement rachetée par le réseau Europe 2 en 1990.

La liberté de ton et de parole provocatrice érigée en ligne éditoriale, combinée à l’audience (qui la place derrière NRJ), de cette Zone d’Autonomie Temporaire « qui vous encule par les oreilles », allait forcément déplaire : les plaintes concerneront d’abord le brouillage – involontaire – de la fréquence de France Musique (97.6 MHz). Puis la contre-programmation très sexe, drogue et new-wave sera taxée de « pornophonie » (Jean Dutourd), de même que les interviews déjantés de célébrités, insultes multidirectionnelles et canulars (enlèvement, suicide, attentat, violeur) à l’antenne.

Les activités hors-antenne sont tout autant « carbonesques ». L’équipe d’animateurs est toujours plus incontrôlable, tandis que le patron encourage la surenchère. C’est pourtant lui qui doit gérer la guerre des egos qui se disputent les meilleurs horaires d’émission, la direction d’antenne et le « buzz ». Il doit aussi faire en sorte que sa radio conserve sa place sur la FM grâce à ses amitiés politiques diverses, et assurer sa survie économique via un financement opaque et des activités clandestines (la publicité est interdite avant 1984).

Par la suite, ce survoltage essaimera dans les très écoutées « libres antennes » des « radios jeunes », telle Skyrock, où Supernana sévira, après avoir dirigé Aligre FM et animé Ici et Maintenant et avant de se lancer dans les premières webradios (NetRadio puis Fréquence3). Au-delà du média radio, C14 est également précurseur de l’« esprit Canal », chaîne où travaillera Lafesse, après Nova et Europe 1. La dimension militante ne doit pas être négligée : l’indomptable Jean-François Gallotte (David Grossexe), qui vivra surtout de films, soutiendra la télé « libre » Zaléa TV. Son président-fondateur, Michel Fiszbin (Robert Lehaineux), y diffusera les films critiques sur le fonctionnement politico-financier de la presse – où travaille désormais Guy Dutheil, passé de C14 au Monde.

Cette épopée avait donc de quoi plaire au cinéma, à l’instar de celles de Radio Caroline ou NRJ, qui ont inspiré Good Morning England en 2009 et Radiostars en 2012. Mais Carbone 14, le film existait bien avant. Tourné par Grossexe et Joëlle Malberg, alias Simone Cuisses d’acier, en trois jours et trois nuits à l’automne 1982 avec du matériel « emprunté », il a connu les foudres de la presse, de Cannes en 1983 et une seule diffusion en salle à Paris. Résultat : « 100 000 entrées » en France tout de même pour ce film « maudit », sorti en DVD en 2011 et présenté comme un documentaire alors que les scènes ont été jouées et « punchées » pour l’occasion, mais qui donne une vision assez réaliste des principales émissions : « Lafesse merci », « Poubelle Night »…

Au-delà de C14, l’ouverture de la FM a suscité des vocations journalistiques et universitaires, à l’image de celle de Thierry Lefebvre lui-même, qui a usé les micros d’Ici et Maintenant et Fréquence Libre dans les années 1980. Elle a accompagné la naissance de l’histoire de la radio (création du GEHRA et du CHR en parallèle) et des sciences de l’information, des premiers mémoires d’étudiants pendant la « bataille » jusqu’au premier colloque international GRER « Radios libres, 30 ans de FM : la parole libérée ? » (cf. TdM n°17) en 2011.

Cette distance réflexive était nécessaire pour démêler le bon grain historique de l’ivraie légendaire. À C14, il fallait, par exemple, naviguer dans une jungle de plus de 200 pseudos (José Lopez, Madame Globo…), d’archives introuvables (32 pages de photos tout de même dans l’ouvrage) et de témoignages contradictoires ou absents (Régis Jauffret). Il s’agissait aussi d’objectiver un déferlement de subjectivités créatrices et délirantes, de circonscrire un objet sonore non identifié sans en perdre la fougue et de garder ses précautions face à des dérapages auditifs continuels.

C’est ce que parvient à faire Thierry Lefebvre, également historien du cinéma et de la médecine, en se focalisant sur les événements les plus spectaculaires à travers vingt-cinq petits chapitres qui sont autant de scènes d’un film radiophonique dont le dénouement dramatique est annoncé dès les premières pages, mais qui laisse ouvertes les hypothèses et invite les lecteurs à compléter les informations recueillies au cours de cette drôle d’enquête où la vérité scientifique garde une place pour le mystère.

Contrairement à son étude de 2008, il préfère le travail monographique car lesradiolocalistes sont moins politisés, homogènes, solidaires, et plus nombreux, éparpillés, formatés que les radiolibristes pour en donner une vision globale et cohérente. C14 va même à contresens de ses concurrentes, qui sont en quête de légitimité, de professionnalisme et de financements, quand elle tente de créer de nouvelles possibilités radiophoniques irrévérencieuses. Il fallait donc un historien des sciences pour nous faire dater les traces très biologiques d’un isotope radioactif ayant émis un rayonnement souvent bêta mais tellement déton(n)ant.

Source :  POULAIN Sebastien, recension, « Carbone 14 : Légende et histoire d’une radio pas comme les autres de Thierry Lefebvre », Le Temps des médias, n°19, 2012/2, http://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2012-2-page-245.htm

Publicités

Une réflexion sur “Recension de « Carbone 14 : Légende et histoire d’une radio pas comme les autres » par Sebastien Poulain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s